Category Archives: Histoire du café

TERRES DE CAFE : La France

Si l’on considère les Terres productrices et les Terres « consommatrices » de café, les Terres de café sont nombreuses et variées.
Avant d’aller faire un tour en Ethiopie, le berceau du café, arrêtons-nous en France, un des premiers pays consommateur de café.
Que ce soit à la terrasse d’un café, à une table de restaurant, à l’hôtel, chez sa tante ou sa belle mère, sur une aire d’autoroute (là on touche au sublime), je suis obligé de constater que mon cher pays est nul en matière de café.
En général de mauvaise qualité, vieux, mouture inadaptée, trop long, brûlé, trop amer, trop acide, bref inconsommable pour un amateur de café.
Mais pourquoi un pays de gastronomie comme la France est si nul en matière de café ?
Pourtant le café est un produit gastronomique, on trouve de bonnes tables en France et la note finale du repas, le café, est dans la plupart des cas une punition. Pourquoi un italien a Paris invoque t il la sainte mère quand il boit un bon café à Paris tant il a l’impression de vivre un miracle.
Il faut bien l’admettre, nous n’avons pas la culture du café. C’est peut être parce que le café est venu d’Orient par le port de Venise au XVIème siècle que les Italiens possèdent une haute culture du café.
C’est aussi parce que les anciennes colonies françaises d’Afrique ne produisaient et ne produisent encore que du Robusta et que Napoléon à imposé aux Français la Chicorée pendant le Blocus maritime anglais, que mes compatriotes, par mémoire du goût, supportent le petit noir arrache bouche du troquet d’en face.
Malheureusement, tant que les brasseurs « tiendront » la distribution du café en France, il sera difficile de trouver un bon café en France car comme l’on dit : à chacun son métier. Pour un bon café, allez rendre visite à votre torréfacteur.…

commentaires   |   En savoir plus

Café et écosystème

1- Réflexion autour de la certification Bio

La certification Biologique serait elle un mal nécessaire ? C’est la question que je me pose depuis la création de Terres de Café. Ne prenons nous pas le problème à l’envers ? Ne serait ce pas plus juste d’exiger des industriels qu’ils précisent sur les emballages : Attention, produit issu de l’agriculture non biologique.
Malgré ce postulat, il est néanmoins vrai qu’il faut bien des organismes qui certifient la provenance et la véracité des produits qui se réclament de l’agriculture biologique mais c’est à ceux qui produisent et qui distribuent des produits sains d’en supporter la contrainte et la charge. Cela est injuste et érige en norme les produits qui ne respectent pas notre écosystème et du même cout n’alerte pas assez le consommateur.

En ce qui concerne le café, la plupart des plantations d’Arabicas haut de gamme n’utilisent pas de produits phytosanitaires, par tradition, par pauvreté ou pour des raisons logistiques, mais ne sont pas forcément certifiées par des organismes. D’une manière générale, la production de café haut de gamme est « ecofriendly ». Le seul bémol concerne les grands volumes d’eau nécessaire au traitement du café, dans des pays qui parfois en manquent.

Chez Terres de Café, nous vendons 5 sortes de cafés bio sans être certifiés, nos clients nous font confiance et ils ont raison ! Ceci dit, nous sommes en cours de certifications car c’est un mal nécessaire.

2- Réflexion autour du commerce équitable

Le principe de commerce équitable est une notion noble qui a su revaloriser le revenu de certains planteurs et surtout donner bonne conscience aux consommateurs occidentaux.
Je pense que le concept de commerce équitable est aujourd’hui vidé de sa substance car quasi exclusivement récupéré par l’industrie et la grande et moyenne distribution qui en a fait un des principaux outils marketing.
Il suffit de se rendre dans un hypermarché, exercice périlleux j’en conviens, pour voir des dizaines de mètres de linéaires estampillés COMMERCE EQUITABLE Max Havelaar. Equitable peut être, et encore envers qui, mais qu’en est il de la qualité des produits, qu’en est il du respect de l’environnement, qu’en est il du respect que les planteurs accordent à leurs employés pour en revenir au café ?
Ce que je sais, c’est que ce label à permis d’écouler d’énormes stocks de café de très mauvaise qualité. Allez boire un café chez MacDo et vous comprendrez. …

commentaires   |   En savoir plus

L’histoire du café

Les origines

Ils seraient donc à l’origine du café tel que nous le connaissons encore aujourd’hui. Puisque le caféier poussait à l’état sauvage en Éthiopie, il a fallu attendre le passage du café au Yémen, vers le 14e ou le 15e siècle, pour voir apparaître une véritable culture du caféier. Grâce aux caravanes, tout le monde musulman est bientôt conquis.

A la conquète de l’Europe et de la France Les voyageurs européens découvrent avec ravissement ce breuvage noir que l’on nomme chaubé ou chaova et qui « donne du courage et de la vigueur d’esprit ». Le premier sac de café vert arrive en Europe à Venise en 1615. En France, il faut attendre 1644 où un voyageur, arrivant de Constantinople, débarque au port de Marseille et rapporte quelques graines de café dont il fait profiter ses amis. Mais ce n’est qu’en 1669 que le café commence à être vraiment apprécié en France. Cette année-là, l’ambassadeur de Turquie offre du café à la cour du roi Louis XIV à l’occasion d’une très grande réception. En 1672, s’ouvre le premier débit de café à Paris puis, en 1686, c’est au tour du célèbre café « Procope » d’être inauguré. Cet établissement très élégant, toujours ouvert aujourd’hui et le plus ancien café de France, attire à l’époque les grands de ce monde et connaît beaucoup de succès, notamment avec cette nouvelle boisson à la mode. Mais, à l’ époque, le café est encore un produit de luxe.

Sans oublier les Antilles françaises ! En 1786, le français Gabriel De Clieux introduit deux à trois plants de café en Martinique. Ces premiers plants seront à l’origine de tous les caféiers des Caraïbes et d’Amérique Latine, dont le fameux « Blue Mountain » de la Jamaïque. Aujourd’hui encore, Guadeloupe, Martinique et Nouvelle-Calédonie possèdent de petites plantations, ce qui fait de la France un vrai pays producteur !

Plus par plaisir que par nécessité Le café n’est pas un produit nécessaire à notre existence. Pendant des millénaires, les peuples eurasiatiques l’ont ignoré. Inconnu des antiques populations méditerranéennes, il n’a pas empêché leurs civilisations de s’épanouir. C’est depuis trois siècles seulement que ce produit est apprécié chez nous et depuis moins d’un siècle que son usage s’est répandu chez la majorité des Français. Bien que ne répondant pas à nos besoins vitaux, l’habitude de boire de temps en temps une tasse de café est devenue si générale que …

commentaires   |   En savoir plus